Arts - Expos,  Machine à Rêves

Exposition LA LUNE – Du voyage réel aux voyages imaginaires

Réalisant que c’était le dernier jour de cette exposition que je voulais absolument voir, je me suis rendue le 22 juillet au Grand Palais pour voir La Lune – Du voyage réel aux voyages imaginaires en l’honneur des 50 ans d’Apollon 11 et de la première fois que l’homme marcha sur la lune.

 

Du voyage réel au voyage imaginaire – Apollo XI – Voyage

Divisée en différentes salles, chaque espace est dédié à une thématique en lien avec l’astre lunaire. La première salle était dédiée au côté historique et à l’alunissage d’Apollo 11, avec des photos et des vidéos historiques de la lune par Armstrong et Aldrin et des astronautes, des objets issus du voyage jusqu’à l’astre, ainsi que des morceaux de roche et des installations. Le deuxième espace était dédié à la vision des artistes du voyage vers la lune, que ce soit au cinéma, en littérature ou dans d’autres disciplines artistiques, avec par exemple les bandes dessinées de Tintin par Hergé ou encore les films de Fritz Lang. 

 

La lune observée – Les trois visages de la lune

Les espaces d’après sont dédiés à l’observation de la lune, d’abord d’un point de vue scientifique, avec des croquis, des cartographies, et une installation artistique. Puis un autre espace est dédié au cycle lunaire, avec des calendriers, horloges et autres objets relatifs aux différents changements de la lune. Ensuite, une salle est dédiée à l’influence de la lune sur les hommes et à la fascination qu’elle crée, que ce soit d’un point de vue poétique, comme l’astre lumineux qui éclaire la nuit, ou avec une dimension plus funeste, comme étant liée à la sorcellerie et à la mort. On retrouve alors ces diverses visions et influences par le biais d’installations, de photographies et de peintures d’artistes de divers courants et à différentes époques.

 

La lune est une personne – Une invitation à la beauté

Un petit espace est dédiée à la lune divinisée en tant que personne et à sa place dans les différentes cosmogonies, comme Chandra en Inde du Nord, Khonsou en Egypte ou encore la Vierge qui se lie à la lune. L’astre qui prend alors vie est représentée sous forme de statuettes ou d’estampes. Enfin, une dernière salle est réservée à la vision poétique et mélancolique que les artistes donne à la lune dans l’art. Figure d’émerveillement et de fascination, ils représentent toute sa beauté lumineuse dans leurs oeuvres. 

 

Private Moon

Si j’ai été ravie d’en apprendre plus sur Apollo 11 et de revoir des oeuvres que j’adore comme La jeune martyre de Delaroche, c’est sur l’oeuvre poétique d’un artiste russe que j’ai craqué, Private Moon de Leonid Tishkov.

Le principe de l’artiste est de parcourir le monde avec sa “lune privée” afin de réaliser des clichés qui semblent tout droit sortis de contes. Son installation lumineuse en forme de croissant de lune ont déjà parcouru Paris, Moscou, l’Arctique, les Etats-Unis, Taiwan, la Nouvelle-Zélande, ou encore l’Italie. Présenté comme une poème visuel, l’artiste accompagne son projet d’un conte parlant d’un homme qui a rencontré la lune et qui passe le reste de sa vie avec elle. A la fois magique et poétique, c’est une invitation à la beauté et au voyage.

 

Si ce projet vous a plu, je vous encourage à aller visiter le site de l’artiste et le site du projet : 

Site de Leonid Tishkov

Site de Private Moon

Ana, 25 ans. Et si on recommençait à rêver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *